Les 12 principes agiles du point de vue de l’UX

Toutes les méthodes agiles reposent sur les 12 principes énoncés dans le manifeste Agile. A travers cet article nous vous proposons de découvrir une interprétation de ces principes selon le point de vue UX.

Cet article est inspiré du livre Agile Experience Design, A Practitioner’s guide to making it work par Diana DeMarco Brown, édition Morgan Kaufmann, 2013

Principe 1 : Notre plus haute priorité est de satisfaire le client en livrant rapidement et régulièrement des fonctionnalités à grande valeur ajoutée.

Du point de vue de l’UX ce principe coule sous le sens. A la petite différence que dans notre domaine UX nous n’abordons pas forcément la fréquence des livraisons.
Cela se traduit plus précisément par :

  • une amélioration continue du produit pour satisfaire les besoins changeants des utilisateurs au fur et à mesure qu’ils utilisent le produit ;
  • la collecte de feedback régulier pour identifier les adaptations du produit qui sont nécessaires ;
  • la définition de priorités dans les changements en fonction de l’importance des besoins (satisfaire d’abord les besoins primaires et couvrir au fur et a mesure les besoins secondaires).

Principe 2 : Accueillez positivement les changements de besoins, même tard dans le projet.

Pour un expert UX la considération des changements sur un produit coule de source et ce peu importe le moment auquel ces changements sont exprimés. Au sein d’une équipe projet c’est plus difficile à gérer car cela demande une grande capacité d’adaptation. Les nouveaux besoins exprimés doivent être considérés comme des opportunités d’avoir un retour des utilisateurs avant la fin du projet et non comme des mauvaises nouvelles.

Principe 3 : Livrez fréquemment un logiciel opérationnel avec des cycles de quelques semaines à quelques mois et une préférence pour les plus courts.

La livraison fréquente de produit opérationnel nécessite une optimisation du processus de conception en privilégiant les tâches à plus-value – c’est-à-dire celles qui conduisent à la production d’une fonctionnalité. Par exemple un expert UX devra privilégier la production de prototypes interactifs qu’il pourra présenter aux utilisateurs finaux plutôt que des écrans statiques plus difficilement testables. Ainsi il économise un cycle de conception permettant à l’équipe de livrer plus rapidement un produit testable.

Principe 4 : Les utilisateurs (ou leurs représentants) et les développeurs doivent travailler ensemble quotidiennement tout au long du projet.

C’est une bonne nouvelle ! Quoi de plus évident pour un expert UX !
Les utilisateurs doivent être omniprésents dans l’équipe. Il peuvent notamment l’être par le biais de personas affichés avec les user stories ou par l’implication des membres de l’équipe avec les experts UX lors de rencontre utilisateurs ;
Là ou dans les projets classiques seuls les managers rencontrent les personnes du métier, dans une équipe agile l’équipe métier est omniprésente.

Attention de ne pas faire blocage en tant qu’UX : impliquez des membres de l’équipe lors de rencontres utilisateur

Principe 5 : Réalisez les projets avec des personnes motivées. Fournissez-leur l’environnement et le soutien dont ils ont besoin et faites-leur confiance pour atteindre les objectifs fixés.

L’équipe doit être motivée à fournir une bonne expérience aux utilisateurs du produit qu’elle délivre. L’omniprésence et la collecte du feedbacks des utilisateurs peut aider à motiver l’équipe dans ce sens. C’est également pour faciliter cela qu’il est nécessaire de communiquer la cible avant de débuter le projet.

Ensuite au sein du projet, pour maintenir un bon niveau de motivation, une idée assez efficace est de laisser la possibilité aux membres de l’équipe de changer d’activité. Cela est valable pour les experts UX. Assurez-vous d’avoir des personnes « interchangeables » au sein de l’équipe des compétences multiples au sein des personnes !

Principe 6 : La méthode la plus simple et la plus efficace pour transmettre de l’information à l’équipe de développement et à l’intérieur de celle-ci est le dialogue en face à face.

Les échanges physiques peuvent parfois être perçus comme une perte de temps. Ainsi on va avoir tendance à communiquer par mail et ne pas s’assurer de la compréhension de l’interlocuteur ; Par exemple lorsque des maquettes fonctionnelles sont établies il est risqué de les communiquer par mail sans explication. Le storytelling est indispensable pour limiter les risques d’incompréhension et aider votre interlocuteur à se projeter dans le système conçu. Ce storytelling ne peut se faire qu’en contact face-to-face.

Principe 7 : Un logiciel opérationnel est la principale mesure d’avancement.

Cela est également valable pour l ‘équipe UX. Celle-ci ne sera pas évaluée sur les concepts d’utilisation établis ou sur les techniques UX utilisées mais bien sur le produit livré tout comme le reste de l’équipe de production. Qu’est-ce que cela implique ? Tout d’abord cela incite à réaliser des prototypes qui peuvent être implémentés par les équipes de développement (et donc trouver des compromis efficaces) tout en s’assurant de la bonne expérience fournie aux utilisateurs finaux.

Principe 8 : Les processus Agiles encouragent un rythme de développement soutenable. Ensemble, les commanditaires, les développeurs et les utilisateurs devraient être capables de maintenir indéfiniment un rythme constant.

Une de grande difficulté des projets Agile est de créer un rythme de développement durable. Les équipes projets étant souvent en sous-effectif, cela est rendu encore plus difficile. Pour y parvenir le moyen le plus aisé est de décomposer le projet en tâche suffisamment petite pour permettre de conserver un rythme de développement régulier ;
Pour les UX, la tâche est également difficile l’analyse centrée utilisateur et la définition d’un concept sous-jacent nécessite d’avoir une vue holistique, ce qui va à l’encontre d’une décomposition en petite tâche. C’est le vrai challenge des UX.

Principe 9 : Une attention continue à l’excellence technique et à une bonne conception renforce l’Agilité.

L’excellence technique implique d’une part une performance technique mais également une performance fonctionnelle permettant aux utilisateurs de satisfaire leurs besoins actuels et l’usage futur qu’ils feront du produit. Cela implique qu’au moment de la conception les équipes ne doivent pas seulement se contenter de considérer l’usage qui sera fait du système à sa livraison mais devront aussi se projeter pour anticiper les usages qui pourront en être faits à l’avenir. Le système devra permettre les évolutions identifiées lors de la collecte de feedback et les observations faites de l’utilisation du produit.

Principe 10 : La simplicité – c’est-à-dire l’art de minimiser la quantité de travail inutile – est essentielle.

Probablement ce qui parle le plus aux équipe UX. Produisez des concepts simples pour faciliter leur utilisation mais aussi pour faciliter les développements. Cela n’est pas une difficulté pour les experts UX.

Principe 11 : Les meilleures architectures, spécifications et conceptions émergent d’équipes auto organisées.

Toutes les personnes de l’équipe, quel que soit leur background, peuvent apporter de bonnes idées pour réaliser un produit de qualité.
Les experts UX sont en quelque sorte responsable de la qualité du produit livré (en tant que représentant du product owner). Ainsi ils doivent encourager les autres membres de l’équipe à être force de proposition et à s’approprier le produit.

Principe 12 : À intervalles réguliers, l’équipe réfléchit aux moyens de devenir plus efficace, puis règle et modifie ses comportements en conséquence.

Il s’agit là de la clé de l’efficacité mais la plus difficile à réaliser. Régulièrement les membres de l’équipe se réunissent pour réaliser une rétrospective (un bilan) et identifier les point d’amélioration. Il s’agit d’augmenter l’expérience de l’équipe (et non pas les expériences individuelles).

Les experts UX issus de la psychologie cognitive peuvent être des facilitateurs lors de ces rencontres. De part leur background métier ils ont les capacités d’écoute, de reformulation et de synthèse.